Le Berger Australien

Publié le : 20/09/2018 16:45:48
Catégories : RACES DE CHIEN

Le Berger Australien

Le berger australien, ou “australian shepherd” est une race qui depuis plusieurs annés ne cesse de séduire le public français. Arrivée à la fin des années 1980 en France, il a fallu attendre 2007 pour qu’elle soit soit officiellement reconnue. Réputés pour leur tempérament sociable et énergique, ces chiens s’adressent à des personnes qui disposent des mêmes qualités ! Fort de qualités indéniables, le berger australien n’en est pas moins un toutou à bien connaître avant de se lancer dans l’aventure. Attachant car intelligent et expressif, ce chien mérite toutes les attentions afin que son éducation ait une vraie signification sur le long terme.

Caractéristiques

Au sujet des particularités physiques du berger australien, plusieurs détails sont avoir en tête avant de décider d’en faire l’acquisition. On note une taille en générale moyenne puisque les femelles peuvent mesurer de 46 à 53 cm au garrot. Les mâles quant à eux sont sensiblement plus grands : 51 à 58 cm. Leur poids varie également selon le sexe (et nécessairement selon l’alimentation et l’activité physique), mais on estime que 20 à 30 kg pour les mâles et 19 à 26 kg pour les femelles constituent une fourchette classique. Ces chiens ont une tête bien équilibrée en termes de proportions. C’est à dire qu’en ayant un stop peu marqué (contrairement à des chiens de types Boxers par exemple), largeur et hauteur de bobine sont quasi équivalentes. Le détail qui à coup sûr fait fondre les futurs acheteurs, ou les convaincus de longue date réside dans les yeux… Les mirettes des bergers australiens sont souvent vairons. Bien souvent bleus, leurs yeux peuvent toutefois être de couleur ambrée, marron ou verte, avec une forme en amande. Leur oreilles triangulaires, mobiles et à l’affût de tout, sont attachées haut mais prennent une orientation tombante (cette race n’a jamais été marquée par la pratique de “l’écourtage”). En revanche, il peut arriver que certains individus aient la queue coupée. Traditionnellement, cet appendice reste long, mais il arrive qu’au fur et à mesure des sélections faites par le biais des éleveurs, aboutissent à des chiens naissant directement avec une queue courte (ce phénomène touche également parfois certaines races d’épagneuls). Le pelage des bergers australiens est doux puisque de longueur moyenne (il suffit de ressentir la différence si l’on compare à des chiens au poils ras du type jack russel…). Les standards de couleurs sont variés. On distingue au total quatre robes différentes, auxquelles peuvent s’ajouter douze autres déclinaisons !

Voici le détail des coloris pour le moins panachés :

  • Noir tricolore (majorité de noir, auquel on remarque des touches blanche et feu)

  • Rouge tricolore (majorité de rouge - couleur chocolat au lait pour les non personnes non initiées - mélangé à des touches blanches et feu également)

  • Bleu merle (cette couleur est dûe au gêne du merling, et se présente de la sorte : le noir est un peu fondu, et moucheté de blanc)

  • Rouge merle (même principe que pour la robe bleu merle, sauf que la robe est rouge mouchetée de blanc).

Les robes exceptionnelles comprennent des chiens bicolores et non plus tricolores. Chacune des quatre robes citées ci dessus peuvent ainsi ne pas présenter de blanc ou de feu, et parfois ne présenter ni blanc ni feu… En somme, beaucoup de spécificités possibles pour une seule race !

Du côté des particularités comportementales, ce sont dans la grande majorité des cas à des chiens intelligents que l’on a affaire. Proche de l’Homme et affectueux, il reste tout de même très marqué par son instinct (d’où l’accent à mettre sur l’éducation, mais on y reviendra plus loin :-). )

Origines et particularités

Malgré une arrivée tardive sur le territoire français, le berger australien est considéré comme étant une race plutôt ancienne. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas né sur le continent des aborigènes, mais… au Pays Basque. De nombreuses nuances sont cependant à considérer sur ce qui relève des origines profondes de ce chien. Il y eu au 19ème siècle un grand nombre d’importations de moutons de race mérinos en Australie. Ces moutons originaires des contrées espagnoles, furent selon la légende, installés dans leurs nouveaux quartiers avec leurs gardiens (originellement, les Carea Leonés, chiens de bergers pour les moutons mérinos et churras). Ainsi, entre l’arrivée massive d’occidentaux en Australie (période de la ruée vers l’or), et de moutons implantés sur ce nouveau territoire, les croisements opérés entre les chiens ont permis d’aboutir aux tout premiers ancêtres de ce que l’on connaît du berger australien. Parallèlement, le phénomène de la ruée vers l’or a aussi marqué le continent américain. Des moutons y furent également importés, en sus des hommes venus chercher fortune. Inévitablement, il y eu un fort besoin en chiens en mesure de seconder les bergers. Ces derniers aux origines inéluctablement bigarrées (dont des canidés importés d’Australie !), eurent une influence certaine dans la constitution de la race.

Aujourd’hui, on note plusieurs points de vigilance lorsqu’il s’agit de choisir un berger australien. C’est notamment du point de vue de la santé qu’il s’avère primordial de bien se renseigner (accent à mettre sur les origines du chiot, et particulièrement sur le patrimoine génétique).

Sans aller jusqu’à procéder à l’interview de nombreux éleveurs et vétérinaires, plusieurs complications peuvent survenir de manière plus ou moins récurrente. Le berger australien peut être par exemple sujet à des problèmes d’épilepsie, de dysplasie ou anomalies de la hanche, de problèmes de dos, voire de tares oculaires. Cela résulte des certains croisements. Autant de motifs, qui invitent à réaliser suffisamment d’investigations en amont de l’achat du futur enfant de la famille.

La popularité de cette race est si importante en France, que les activités proposées à ce chien ne touchent plus tellement aux moutons. Afin de canaliser l’énergie qui lui propre, il peut s’avérer intéressant de mettre en route des leçons d’agility. L’aspect “apprendre en jouant” colle particulièrement bien au caractère de du berger “aussie” (aussie étant une diminutif pour désigner les australiens). D’autre part, les personnes sportives qui s’adonnent à la course à pieds, au vélo, au trec, ou qui évoluent en compagnie d’autres animaux, pourront parfaitement trouver en ce chien un compagnon idéal.

L’éducation du chien en général se fait à l’appréciation de son ou ses maîtres, mais au regard des qualités du berger australien, il pourrait être dommage de ne pas s’impliquer sérieusement dans son apprentissage. Afin que votre toutou soit un allié et non pas un poids contraignant (fugues, désobéissances, problèmes de concentration…), ne lésinez pas sur les renseignements et n’ayez pas peur de questionner des propriétaires qui pourront vous éclairer tout à fait sincèrement sur leur expérience !

 

Fiche écrite par ALJ - Cpourlechien.com - ©Tous droits réservés


Partager ce contenu

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire